#Résistantes : Éthel, regardez-moi

"Regardez-moi. Je ne suis déjà plus là. J’avance, je disparais. Je m’efface aux courses de l’instant. J’ai mis ma robe rouge. Une broche en fleur de velours sur le col à droite. J’ai fouillé dans la malle, je n’ai pas retrouvé la blanche, la rouge faisait l’affaire. Regardez-moi, vraiment. Je veux dire, pas au travers. … Lire la suite #Résistantes : Éthel, regardez-moi

Publicités

Bon vent, le joli lectorat

Tiens, c'est l'été. Je ne l'ai pas vu venir, avec mes lignes à pianoter et ce cap à tenir. Avec l'enfance à cultiver, les fruits de saison, le féminisme en nourriture, l'été sur toutes les espagnolettes, je me suis laissée surprendre. Vous êtes un peu fautif.ve.s, vous ne m'avez pas rappelée à l'ordre. Il faut … Lire la suite Bon vent, le joli lectorat

La vie du corps : les dessous FEMPO

Je vous l'annonçais récemment, je désire ici parler aux femmes, des femmes. Car le travail d'écriture que je mène depuis deux ans, la constance qu'il exige et les échanges qu'il génère au quotidien m'ont appris à me positionner dans le monde nébuleux des "blogueuses". Je ne serai pas celle qui vous fera gagner un bon … Lire la suite La vie du corps : les dessous FEMPO

De cet amour ardent je reste émerveillée, d’Andrée Chedid

Je reste émerveillée Du clapotis de l’eau Des oiseaux gazouilleurs Ces bonheurs de la terre Je reste émerveillée D’un amour Invincible Toujours présent Je reste émerveillée De cet amour Ardent Qui ne craint Ni le torrent du temps Ni l’hécatombe Des jours accumulés Dans mon miroir Défraîchi Je me souris encore Je reste émerveillée Rien … Lire la suite De cet amour ardent je reste émerveillée, d’Andrée Chedid

Puisque tu es aimée

Si tu ne sais pas quelle porte pousser, mon enfant, essaye les toutes. Les adultes n'ont pas le monopole de la réussite. Ils te font croire qu'un chemin rectiligne est direct. Ils serinent à longueur d'enfance que la vie est faite de choix, et que chaque carrefour que tu prendras déterminera l'étape suivante. Mais les étapes, … Lire la suite Puisque tu es aimée

Palladium, par Brigitte

T'es belle même quand tu pleures T'as le spleen élégant le blues enchanteur Il devrait être aveugle et sourd Pour être allé faire un tour C'est pas la peine de faire semblant Je sais qu'on n'est pas des géants Viens on pleure on pissera moins Comme toujours ça passera Ça va ça vient ça s'en … Lire la suite Palladium, par Brigitte