Les fées mères

Je me souviens de celle qui n’attendait plus de miracle, et qui a couvé sa grossesse comme un cadeau du ciel.

Celles qui nous paraissaient reines, d’avoir été les premières de notre petit cercle de couples de mamans, à tomber enceinte.

Celle qui ne savait pas que la vie était venue en elle, et qui a mis au monde son fils à cinq mois et demi. La maman lionne, déjà, la mère penchée.

La soeur du coeur, qui espère tant et qui a choisi malgré tout d’y renoncer, quand un matin une aventure d’un soir lui a fait la farce de dessiner une promesse, sans père dans le tableau.

Il y a celle qui n’est pas prête, qui ne s’y attend pas, qui est tout à coup envahie, et peut-être vulnérable.

Celles qui ont usé de tant de patience, que mille essais sont passés au travers d’elles sans que jamais elles ne baissent les bras.

Celle qui sait déjà la petite flamme dans son ventre, et qui tremble de dévoiler son secret avant les trois mois de silence habituels.

Celles qui en rêvent, celles qui en parlent, celles qui le craignent, celles qui ne s’en aperçoivent pas. Toutes celles qui s’apprêtent à devenir cet autre d’elles-mêmes, qui naît avec l’enfant et grandit à ses côtés dès les premiers instants.

Ce matin mon coeur est avec deux femmes que j’aime. L’une attend avec impatience de rencontrer sa fille. L’autre vient d’avoir confirmation qu’elle est enceinte.

IMG_5670

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s