Il y a le ciel

S’inquiéter souvent.

De la tournure de l’air, de l’échancrure des cols, des flaques qui débordent. Du jour qui réduit sur les courses folles, des luttes invisibles pour rentrer souriante chaque soir. De tes lèvres pâles, de tes joues enflammées. De ta faim timide, de mes rêves de tendresse. De l’amour à transmettre, des révolutions à cultiver là juste sous le porche des valeurs essentielles. De tes pas mécaniques, du monde que tu traces. De cette distance nécessaire entre mes bras et ta fragile liberté.

De ma conscience sauvage d’ouvrir le chemin, d’écarter les ronces s’il le faut à mains nues, pour qu’au petit matin ton ciel soit éclairé, et tes danses légères.

S’inquiéter souvent, en silence.

Et voir la vie filer, voir le temps se dissoudre. Comprendre qu’elle ne dure pas, l’éternité d’enfance. Qu’il nous revient encore de devenir nous-mêmes, dans l’urgence absolue d’être dignes de toi. Que la joie s’apprivoise, que la beauté se cueille. Qu’il n’y a pas de barrières, qu’il faut travailler notre souffle.

S’inquiéter toujours, désormais, et ne transmettre que la vie.

Parce qu’il y a le ciel, le soleil et la mer. Et que faut-il de plus pour grandir dorée.

man0umi_img_6815

Publicités

2 thoughts on “Il y a le ciel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s