Une brassée de fleurs fraîches

À Madelon. À Bibon.

Aux joues fripées, aux indépendantes aimées. Aux parfums de vents, aux points cardinaux mesurés au pouls des marées. À cette bienveillance rude, exigeante, celle qui sent la patience, mais qui ne tolère aucune concession à notre dignité. À la force des poignets, aux coquetteries du grand âge. Au devoir d’être femmes, debout, pressées, des femmes capables, des femmes lancées dans la danse, le corps vivant et le coeur brave. Aux accrocs à la bonne éducation, aux mises en plis aléatoires, aux valeurs qui nous tiennent droites comme des tuteurs sur les rosiers du jardin fatigué. Aux découvertes légères, aux petits chocolats en bord de tasses, aux tiroirs remplis de photographies brunâtres. Au voile baissé, fait main, sur des pommettes rouges le matin des noces. Aux épaules droites, plus tard, dans le face-à-face générationnel.

À cette journée, incapable de discours intelligible. Cette journée envoyée comme une brassée de fleurs fraîches au loin là-bas, dans le ciel d’océan de mon amie chère qui enterre sa grand-mère. Sa Madelon. Ma Bibon, à qui je pense si souvent.

Et à S., toujours, notre petit oiseau de paradis, qui doit pépier sur l’épaule de l’une, et veiller tendrement l’autre.

imgp6144

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s