Que votre joie soit inépuisable

J’allais écrire un long article sur Nowruz, sur cette chance qu’a notre joufflue d’être bercée de mille cultures, sur la porte ouverte hier soir de la maison du bonheur, et ces voix parlant d’autres langues, feutrées de vins et de feuilles de vignes. J’allais vous confier que nous sommes rentrées tôt parce que notre fille était repue de bonheur, après cette journée passée au bord de ses copains et cette soirée sous un ciel de fête, et que le bonheur c’est comme tout festin, lorsqu’il y en a eu assez, il ne faut pas charger la barque. Il faut se laisser porter vers les rêves, sereinement, savoir s’abandonner à ce qu’on a déjà reçu.
Notre fille koala fait ça très bien: quand ses yeux sont remplis à ras bord de merveille, d’un instant à l’autre elle se met à trébucher sur tout. Elle se relève agacée, comme si elle avait perdu l’équilibre à force de porter tant de joie. C’est le signal, pour nous qui papillonnons aussi un peu. Le signal d’une journée réussie, on remballe la minie dans son porte-bébé que je me refuse à abandonner, on embrasse tout le monde et on rentre dans la nuit douce. 
On entend bien les voix qui nous disent de rester, mais on est déjà repues de lumières, la fête nous a tout donné et c’est déjà tellement que ça mérite bien une révérence.
 
J’allais vous écrire ma définition de Nowruz, telle qu’on me l’a appris ces dernières années, telle qu’elle résonne en moi comme ce mot pépite que je chérissais lorsque j’étudiais l’ancien français : une reverdie.
La fin d’un cycle et la porte entrebâillée vers le suivant, où l’on voit déjà bourgeonner les jeunes pousses et crépiter les poissons rouges dans l’eau laquée.
 
Mais cette nuit les étoiles se sont penchées sur trois enfants chers à mon coeur. Mon coeur de tante, qui ne quitte jamais notre oiseau de paradis et qui espère, espère, des jours sereins pour la jeune famille en suspend. Mon coeur de marraine, qui sait sa filleule forte et un peu magique, qui lui souhaite la clarté du coeur même lorsque ses yeux seront brouillard. Mon coeur d’amie, si fort, pour l’enfant à venir de la maison rose, nous t’attendons les bras remplis de promesses. 
 
Alors ce matin, sous l’aurore ouatée d’un appartement endormi, je partage avec vous mes voeux de nouvelle année iranienne :
Que votre élan soit infatigable
Que votre joie soit inépuisable
Et que cette vie chaotique, lave vos inquiétudes d’éternels envols

Man0umi_IMGP5920

Publicités

6 thoughts on “Que votre joie soit inépuisable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s