Merci pour la lumière !

Dans la nuit étouffante, vingt et une heures, nous traversons le bois de Vincennes. Nous sommes en retard, j’ai du changer trois fois de tenue tant mon ventre planète ne tolère plus aucune coquetterie. J’entends la rumeur du mariage, au loin, niché dans son écrin de feuillages et de guirlandes scintillantes. J’entends les heureux porter un toast à la vie, et la ronde se former dans une danse persane.

Nous avançons vite, je suis inquiète de notre retard.

Tu ne t’agites pas, lovée en moi comme un premier voyage, celui des célébrations d’amours. La nuit est douce, le ciel caresse la promesse d’une aube tendre. Déjà, tu es l’urgence et la joie éclatante.

Je ne sais pas encore que ces cinq kilomètres pressées, ont ébranlé le premier foyer qu’est l’enveloppe de mon ventre, et que je me réveillerai demain, baignée des premiers signes de ta naissance.J’ignore combien cette journée sera fondatrice. Avec ses quelques heures durant lesquelles j’écouterai le sommeil de ta Oumi, désirant ressentir dans ma solitude le tremblement du corps et l’impatience nerveuse. Avec cette vague logistique, ce besoin de fendiller le décor pour t’y faire une place. Avec ces respirations lourdes, cette volonté millénaire de contrôler le déferlement intérieur, et la fierté, quelque part, d’être femme et d’y parvenir.

Je ne sais pas encore les heures lentes, dans l’eau bleutée de la baignoire sabot, et le dernier dîner à deux, cernées du parfum des roses. Le départ de ce qui constituera, à jamais, le lieu de vie de deux amoureuses jeunes et insouciantes, que nous saluerons d’un oeil entendu sur le pas de la maternité et que nous ne croiserons désormais, qu’au détour de souvenirs de jeunesses.

En traversant l’été du bois de Vincennes verdoyant, je ne pense pas à l’hilarité qui nous saisira, Oumi rompant le jeun dans la salle d’attente tandis que j’accepte enfin la péridurale qu’un maieuticien précieux me suggère depuis des heures, comme il proposerait un Mojito. Et le besoin de poser des mots, de partager immédiatement l’excitation montante. Les appels à mon frère, ta marraine. Nos amis de la maison rose. Cette salle impersonnelle où tu verras le jour au creu de ce qu’on appelle, en Islam, la nuit du destin. Tes yeux ouverts sur le monde silencieux.

Déjà, tu es intense, un flot de lumière crue, sans concession envers l’amour, le corps et la promesse d’un avenir rythmé de rires.

A vingt et une heures, je savoure encore l’entièreté de ce corps enceint que j’ai tant aimé. Je suis à la veille d’une révolution, et je n’ai aucun mot encore pour dire la révélation à venir.
Cette sensation d’un sommeil à jamais comptable du tien, déjà.
Le repos confisqué, l’état de veille permanent avec lequel nous apprendrons à composer.
La responsabilité abyssale, d’être les seules, ou presque, à l’origine de ta découverte du monde. Les garantes d’un équilibre dont nous savons alors si peu, et qu’il faudra tisser, patiemment, à force d’apprentissages et d’humilité.
La grande solitude, enfin, de n’être qu’à toi, qu’au bord de toi, et parfois à l’orée de toi, car nous te confierons très tôt à nos familles et nos amis.

J’aime aujourd’hui l’idée de cette marche, en tenues de fête, dans la nuit intime bercée des chants lyriques. Nous allons vers toi. Nous cheminons inconscientes, comme bien des apprentis.

Déjà, tu es l’ampleur et l’horizon. La fin d’un jour avec ses clartés diffuses, l’annonce du déclin du miracle, celui de cette grossesse, juste avant l’éclatante arrivée. Déjà, tu es la fin d’une certaine légèreté, car plus jamais je ne me déferai de l’inquiétude animale qui habite chaque mère.

Déjà, tu es la vie et sa balance.
Le miracle comme un feu follet aux joues, et le regard incrusté d’or.

Un bel anniversaire ma Romy,
Ta maman qui te remercie pour la lumière.

Man0umi_IMG_2821 copy

Publicités

5 thoughts on “Merci pour la lumière !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s