Voir, et être vue 1/2

Cet été, prendre quelques semaines loin du blog m’a permis de dresser le bilan positif d’une année d’écriture, et de m’acheminer vers une utilisation qui me corresponde plus.
J’ai réalisé que mes attentes avaient évolué, et que j’avais peu à peu contourné certaines règles que je m’étais fixées. J’ai compris, surtout, qu’il me fallait redistribuer les cartes de mon temps, car il est compté, comme pour nous tous, et qu’en « grandissant » je ressens l’urgence de l’équilibre.

Lorsque j’ai créé ce blog, je me suis plongée dans les réseaux sociaux, moi qui fuyais depuis longtemps leur emprise chronophage. Je n’avais jusque là qu’une utilisation sporadique d’Instagram, et fantomatique de Facebook.

J’ai donc, durant un an, relayé de manière systématique, scolaire, tous mes articles sur Twitter, Instagram et Facebook. J’ai fait miennes les règles du jeu, étudié les hashtags, organisé mes posts – veillant simplement à ne pas tomber dans l’achat ou l’échange de followers. Les modestes communautés créées ainsi m’ont permis de jolies rencontres, dont je suis très reconnaissante. J’ai découvert des personnes de talent, qui m’ont fait rire, voyager, qui m’ont surtout permis de me sentir légitime dans cet univers si particulier où l’on a vite fait de tomber dans la promotion de soi.

Mais j’ai également appris qu’être partout n’est pas être. Et qu’évaluer la qualité de mon travail, car c’est ainsi que je le conçois, au succès de mes articles, était une gageure.

Je sais, par mon réseau professionnel, que les réseaux sociaux sont des leviers immenses quand on veut obtenir un auditoire. Et bien sûr, lorsque l’on prétend comme moi tenir un journal de vie public, ça a peu de sens de le faire sans s’assurer d’être lu.

Mais mon objectif est de tenir ici le carnet d’enfance de Romy, et de donner à voir les instants heureux d’une famille homoparentale. Je m’y attelle avec joie et rigueur : j’y ai trouvé une liberté d’écriture qui me manquait depuis plusieurs années. Et ceux qui me connaissent savent combien cela m’est vital.
Mais me faire la « community manager » de ce blog pour qu’il soit potentiellement, un jour, rentable, ou impactant, n’est pas dans ma ligne de vie.
Je crois que l’écriture et les rencontres qu’elle génère, me suffisent. Ceux qui me font la générosité de venir régulièrement ici, me suffisent.
Le succès, et sa fugacité, me paraissent des travaux forcés dont je n’ai pas envie de m’encombrer. D’autres le font bien mieux que moi, et sont armés pour cela.

Je supprime donc cette semaine mes comptes Twitter et Facebook qui grignotaient un temps précieux dans mon quotidien déjà surchargé, et vous donne rendez-vous sur Instagram. Il n’y a pas de hasard à ce que je conserve cet unique compte visuel, car j’ai dans mon parcours professionnel été élevée au langage de l’image, et j’aime la photographie.

J’espère que ce rendez-vous simplifié vous suffira.

J’espère que vous verrez dans cette décision un simple désir d’économie, de simplicité, et en aucun cas une porte fermée.

Un immense merci à celles et ceux qui me suivaient sur les autres réseaux, j’espère vous retrouver ici et là, au fil des articles, des pages égrenées. Cette expérience est d’une grande richesse humaine pour moi, vous en êtes les mille et uns visages !

IMG_5687 copy

Publicités

8 commentaires sur “Voir, et être vue 1/2

  1. Voilà qui fait un peu écho à mes derniers articles…On est tellement passionnées, qu’on joue les jeux et codes de la blogo, un peu à nos dépends des fois…On fait, on publie ce qu’on a l’impression que les gens attendent de nous, mais à part créer du temps perdu, ca ne nous amène pas forcément à nos objectifs de fond. Se recentrer sur l’essentiel est selon moi une démarche très saine, et pas forcément au détriment du blog – car tu canalises aussi ceux qui sont VRAIMENT intéressés, et ton contenu n’en est que plus enrichi. Bref, belle démarche!

    Aimé par 2 personnes

    1. Oui, j’ai d’ailleurs lu ton article avec beaucoup d’attention, et les trouvé très intéressant. Je crois que ce qui compte c’est de trouver ici ce qu’on vient te chercher, chacune et chacun de nous est différent, il y a de la place pour tout le monde !

      J'aime

  2. Tu as bien raison… Les réseaux sont plus qu’addictifs et chronophages… Ma préférence va également à Instagram… Je ne suis d’ailleurs présente quasiment que là-bas…

    Belle continuation, à ta façon…

    Virginie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s