Un ange passe #17

Je ne raconterai jamais notre rencontre ici.
Je ne peux pas, tes premiers instants doivent t’appartenir. Je parlerai sans doute un jour de cette famille de soignants qui m’a portée, de cette violente compression abdominale manuelle (CAM) qui handicape les femmes, ou encore de mon choix d’avoir été suivie en clinique. Sans doute, le moment venu.

Mais ces secondes d’or entre toi et nous, ton surgissement dans ce monde fade auparavant et désormais éclairé des possibles de ton existence, tout cela, ta magie, ta peau, tes regards, le son de ta voix, le déferlement intérieur de la naissance, les odeurs, les sensations, les douleurs inimaginables et l’embrasement charnel qui a été le nôtre, t’appartiennent.

Je garde ici des traces en mots de ton enfance, pour te les restituer plus tard.
Je suis nourrie de cette volonté de transmission, du désir d’expliciter les valeurs ou les cultures de joie que nous aurons tenté de te léguer.
Je veux que tu saches, le moment venu, que tu as été le miracle et l’espoir.
Que nous te voyons telle que tu es.
Que nous y travaillerons, toujours. Que nous te voulons libre, de nous également.
Et que de ce nourrisson fragile et fort que tu étais, je garde au coeur le sceau d’une évidence.

Man0umi_IMG_1797 copy

Publicités

2 commentaires sur “Un ange passe #17

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s