La vie du corps : les SHL

Pour les femmes comme moi, la vie du corps peut mettre longtemps à emprunter
les chemins de féminité. La maternité est un déclencheur, la grossesse étant sans
doute cette parenthèse où le corps déploie tous ses possibles. Alors, une fois n’est pas coutume, je vous invite à découvrir des méthodes naturelles, pour gérer le cycle féminin. Je sais que nous sommes loin de l’écriture poétique de ce blog, mais je crois de plus en plus qu’être féministe c’est aussi démocratiser un discours sain et libre sur le corps.
Je ne rivalise bien sûr pas avec les blogueuses tests et je serais bien en peine de vous livrer une étude journalistique de telle ou telle méthode. Je suis toutefois très heureuse que le petit espace d’expression bâti ici contribue, même modestement, aux échanges entre femmes, pour les femmes.

Dans un souci de respect de mon corps et de l’environnement, j’ai donc récemment
testé les serviettes hygiéniques lavables ou SHL de la marque hannahpad – cette
marque bio fondée en 2005 à Séoul par un homme désireux d’aider son amie, qui est
désormais bien connue outre atlantique et en Afrique.

Fabriquée en coton biologique sans toxicité (certification de son coton par l’organisme “Control Union”), leur design moderne et le dynamisme de l’équipe avec qui j’ai été en contact était de bon augure : pourtant, je m’inquiétais du confort et du « retour en arrière féministe » que peut représenter le fait de revenir à des solutions lavables. Les femmes ont du attendre des centaines d’années pour que le monde de l’industrie travaille sur leurs problématiques. On peut légitimement s’interroger sur le fait de renoncer à ce confort.
Mais de quel confort parle-t-on vraiment?

IMG_1070

J’appréhendais la contrainte, tout en percevant bien que les produits Hannahpad
représentaient une forme d’engagement pour moi qui tente de mieux apprivoiser
mon corps. Et puis, à l’utilisation, j’ai aimé « prendre soin » des accessoires qui,
finalement, me permettent de mieux cohabiter avec ma féminité.

Alors, pour m’essayer à l’exercice du retour d’expérience, voici les points forts des
SHL à mes yeux :
Saines. Je connais leur composition et je n’inflige pas à mon corps de côtoyer
plusieurs heures / jours durant des matières telles que plastique, chlore ou pire.
Responsables. Une femme jette, en moyenne, 10 000 à 15 000 produits
menstruels (serviettes, tampons, applicateurs, emballages individuels) au cours de
sa vie. L’industrie des protections hygiéniques est l’une des plus polluantes au
monde, selon Greenpeace. Ces SHL peuvent être utilisées un minimum de 2-3 ans
et sont dégradables en 12 mois (contre 5 ans pour les produits habituels).
Pratiques. Elles s’emportent partout. Elle m’enlèvent la charge mentale de penser
devoir racheter des protections.
Jolies. Et ça ne compte pas pour rien. Chaque personne soucieuse d’être en harmonie avec son corps admettra préférer avoir recours à des objets séduisants. Les SHL Hannahpad ont un design pop, acidulé ou liberty.

Enfin, et surtout, ma grande conclusion est que l’aspect lavage n’a non seulement
pas été un frein, mais que j’ai apprécié la méthode. Cela ne me demande quasiment aucun effort (penser à rincer ou faire tremper un tissu n’est pas de l’ordre de la corvée). J’avais lu ici et là qu’il fallait être à l’aise avec les flux corporels : je pense que ce n’est pas un pré-requis. Pour celles qui ne sont pas à l’aise avec ça, c’est un excellent moyen de s’apprivoiser en toute sérénité. Il en va de cette vision du corps féminin que l’on transmet à nos filles, ce corps qui serait sale, secret ou simplement caché.
Je ne suis pas du genre à papoter de mon cycle lors de mes déjeuners de travail, mais ici, dans cet espace où j’aime parler de féminité, je suis fière de participer à le normaliser.
Et lorsque Romy sera en âge, c’est une alternative que je lui proposerai.

A vos SHL mesdames !

Hannahpad France

IMG_1069

Pour ce test, j’ai bénéficié d’un kit mini-starter. Il contient quatre SHL, mais les photographies n’en montrent que 3 car ma moitié en a chipé une le jour de la séance ! Preuve en est que le foyer est conquis…

Publicités

6 commentaires sur “La vie du corps : les SHL

  1. Hello,
    du coup tu utilises seulement les serviettes sans la cup ? Tu as eu assez de serviettes pour une semaine?
    J’ai toujours peur de me lancer, j’ai l’impression que c’est un retour en arrière même si c’est clairement Plus sain et écologique .
    Merci pour ton partage !

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ! Le Kit starter me permet de tenir 48h, entre temps j’ai pu les laver. Mais nous allons investir dans plus pour ne pas avoir à tourner sur un même cycle. Et c’est sans cup, aucun souci de ce côté là 😉 Quant au retour en arrière je le comprends, chacun vit la chose différemment. Me concernant, avec une pitchoune avide de découverte, je fais des lessives tous les 2 jours alors ça s’intègre facilement dans ma routine, je ne l’ai pas senti passé !

      J'aime

  2. Cela fait maintenant presqu’un an que j’ai investi moi aussi dans ces protections hygiéniques et j’ai été conquise dès la première utilisation! Le confort est incomparable (la nuit les protections classiques me provoquaient des démangeaisons absolument atroces), aucune sur épaisseur, aucune odeur et un look hyper sympa! Le nettoyage n’est absolument pas contraignant et surtout c’est une réelle satisfaction de se dire qu’à notre niveau, nous participons à diminuer la pollution. C’est une petite révolution contre les industriels à laquelle je tiens beaucoup! Mesdames, mettez vos à priori de côté et lancez vous, vous ne le regretterez pas!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s