Pourquoi ?

Parce qu’il y a des jours légers comme une brise.
Et que tu prends le temps d’enfiler une robe. De mettre du parfum. Ou pas.
Parce que tu as lu trois histoires au lieu de deux, hier soir.
Parce que tu te confrontes au brouhaha chaque jour, sans rechigner.
Parce que tu sais dire que tu n’aimes pas la phase bébé, mais que tu aimes ton enfant.
Parce que tu pouponnes comme si tu avais toujours pouponné.
Parce que la grande était à l’heure à l’école ce matin.
Parce que les repas de la semaine seront préparés par Picard, et que tu t’économises.
Parce que tu te fous bien de ces quelques kilos en trop.
Parce que tu n’es pas pressée de reprendre le travail, ou que tu rêves de la pause café de 10h à discuter du dernier dossier en cours.
Parce que tu n’as pas tant de cernes que ça.
Parce que tu laisses ta main sur son front jusqu’à ce qu’il s’endorme, quelle que soit ta fatigue.
Parce que tu n’en fais pas tout un foin, et pourtant tu as ouvert ton corps en deux.
Parce que tu as réussi à lui faire faire sa sieste dans son lit.
Parce qu’il fait beau, quand il fait moche.
Parce que tu trouves la tétine très pratique , même s’il faudra se battre plus tard.
Parce que tu n’as que deux bras, et qu’avec ces deux bras, tu construis des châteaux forts, des donjons, des paradis.
Parce que tu les gères en solo, souvent.
Parce que tu es folle amoureuse, ou que tu crois que tu le seras très bientôt.
Parce que tu masses, tu essuis, tu caresses, et souvent tu abrites.
Parce que le soir venu, tu es heureuse de parler à un.e adulte.
Parce que tu ne prétends pas que la fatigue n’est rien, et que tu es toujours sur la ligne de front. Parce que tu prends du temps pour toi, aussi.
Parce que tu protèges ton couple, parce que tu protèges ton cœur, parce que tu protèges ton âme.
Parce que tu n’as pas peur de dire que tu ne pourras pas tout faire.
Parce qu’il y a du rire, de la joie, de la danse, parce que tu étincelles.
Parce que tu admets volontiers qu’un bain tous les 3 jours, c’est suffisant.
Parce que tu pleures souvent, il faut bien vidanger.
Parce que tu ne vois pas le temps passer, parce que tu endures chaque seconde certains matins.
Parce qu’à la guerre comme à la guerre, et qui vivra verra.
Parce que c’est ça aussi, être à maman. Parce que c’est à peu près tout ce à quoi on ne se prépare pas, être maman.

Je suis fière de toi.
Je suis fière de moi.

Publicités

4 commentaires sur “Pourquoi ?

  1. Reconnaître ses victoires et ses faiblesses est une preuve de grande sagesse et d’humilité et je t’admire pour cela entre autre ! Savoir décrypter l´essentiel n’est pas donné à tous et toutes…. C’est bien !!!!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s