Comme des tambours dans les mollets

"Ça a un goût de délicieux." Les gens passent, le froid fait ses morsures au bout des doigts rougis. C'est à Bologne, une place comme un musée à ciel ouvert sur un février d'oranges amères. Les jambons sèchent derrières les devantures, les églises chatouillent le ciel. "Ça fait comme des tambours dans les mollets". Il … Lire la suite Comme des tambours dans les mollets

Publicités

Un ange passe #16

N'arrête jamais de m'éduquer. Ton nez timide dans l'embrasure, tes mains qui travaillent aux mécanismes d'ouverture. C'était il y a un an, c'est plus que jamais ta position dans cette vie surprenante. Ton air constant de dire, on y va. On essaye, on verra bien en chemin ce qui en résulte. N'arrête jamais de m'éduquer, … Lire la suite Un ange passe #16

Ravenna : le feuilleté de l’eau

On cherchait la plage dorée et spacieuse de Ravenna. On avait pris le bus, puis la route, puis bravé le brouillard épais. Purée de pois, aurait dit ma grand-mère. On cherchait l'évasion avant de nous plonger dans le fourmillement de la vieille ville de Bologne. Romy collait son nez sur la vitre, et murmurait - … Lire la suite Ravenna : le feuilleté de l’eau

La grande aventure tintin

Durant huit jours, elle claironnait au bon-vouloir - "moi je vais prendre l'avion comme ma cousine L." Il faut dire que L., toute précoce en grandes conquêtes comme femme se doit, s'était envolée à peine âgée de quelques mois vers sa terre racine. Emmitouflée d'une combinaison blanche, elle avait embrassé la famille d'un rapide coucou … Lire la suite La grande aventure tintin

Mon île déserte

Sur mon île déserte, je viendrais m'étendre parfois quand la journée est longue. Je fermerais les écoutilles, et boucherais la vue des faiseurs de miracles. Pour reposer mon corps fatigué d'entreprendre, je ferais son empreinte dans le sable chaud de la solitude. Capable de silence, à l'ombre des palmiers, armée de mes stylos, toutes mes … Lire la suite Mon île déserte

Nous nous soignons, Madame

Nous ne sommes pas des mamans qui donnent la main, mais nous nous soignons, Madame. Nous faisons voler la minie par dessus les flaques et les rebords des trottoirs. Nous lui demandons de tenir l'arceau de sa poussette quand la foule gronde. Nous la lâchons hilare sur les chemins forestiers aux mille obstacles. Et nous … Lire la suite Nous nous soignons, Madame

Carnet de voyage : Polignano a Mare, la belle

Mars 2017. Puglia, mio amore.   On avait laissé Romy à sa tante adorée, la porte s'était fermée sur mon coeur brouillon de son visage du réveil, que je n'aurai pas vu. C'est difficile d'expliquer qu'il nous faut partir, être ensemble être deux, être lovées l'une contre l'autre sans elle, et que dès les premiers instants … Lire la suite Carnet de voyage : Polignano a Mare, la belle