J’aimerais être cette femme

A 19h12, le trésor termine son repas. Je me félicite encore d'avoir décidé d'avancer l'heure des festivités, pour nous extraire de cet énième bras de fer autour de l'assiette qui gangrenait nos fins de journées depuis des semaines. Il fait déjà nuit noire, j'allume l'ampoule du couloir car je sais qu'elle va vouloir aller chercher … Lire la suite J’aimerais être cette femme

Publicités

Principe de réalité : cache-cache avec la mort

Certains enfants sont protégés longtemps, et ne découvrent la mort qu'une fois en âge d'en comprendre le principe, car ils ont déjà intégré ce qu'est la vie : un coeur qui bat, un corps en mouvement, un être présent et qui échange avec eux. Romy, elle, a très tôt entendu ce mot dans nos conversations, … Lire la suite Principe de réalité : cache-cache avec la mort

Tu seras primatologue, ma fille

J'écris mille carnets de vents, depuis toujours. Certains se perdent, certains ne trouvent jamais de point final, d'autres resurgissent les soirs d'octobre et m'arrachent, pour un temps, aux torpeurs de mes visionnages quotidiens. Celui-ci, avec son dos craquelé déjà et son faon pailleté en couverture, je l'ai commencé pour elle. A la naissance de notre … Lire la suite Tu seras primatologue, ma fille

Bon vent, le joli lectorat

Tiens, c'est l'été. Je ne l'ai pas vu venir, avec mes lignes à pianoter et ce cap à tenir. Avec l'enfance à cultiver, les fruits de saison, le féminisme en nourriture, l'été sur toutes les espagnolettes, je me suis laissée surprendre. Vous êtes un peu fautif.ve.s, vous ne m'avez pas rappelée à l'ordre. Il faut … Lire la suite Bon vent, le joli lectorat

Puisque tu es aimée

Si tu ne sais pas quelle porte pousser, mon enfant, essaye les toutes. Les adultes n'ont pas le monopole de la réussite. Ils te font croire qu'un chemin rectiligne est direct. Ils serinent à longueur d'enfance que la vie est faite de choix, et que chaque carrefour que tu prendras déterminera l'étape suivante. Mais les étapes, … Lire la suite Puisque tu es aimée

Le grand plongeon

"D'abord un orteil, la main qui ramasse tes cheveux perlés de chlore pour les remettre sous le bonnet, la main qui vérifie que ta tante est bien à portée de sauvetage. Ceux qui ont déjà franchi le camp, s'amusent à bousculer, éclabousser, à faire des vagues autour de l'invincibilité qu'on ressent quand on a enfin compris qu'on ne va pas disparaître."