La vie du corps : les dessous FEMPO

Je vous l'annonçais récemment, je désire ici parler aux femmes, des femmes. Car le travail d'écriture que je mène depuis deux ans, la constance qu'il exige et les échanges qu'il génère au quotidien m'ont appris à me positionner dans le monde nébuleux des "blogueuses". Je ne serai pas celle qui vous fera gagner un bon … Lire la suite La vie du corps : les dessous FEMPO

Publicités

Puisque tu es aimée

Si tu ne sais pas quelle porte pousser, mon enfant, essaye les toutes. Les adultes n'ont pas le monopole de la réussite. Ils te font croire qu'un chemin rectiligne est direct. Ils serinent à longueur d'enfance que la vie est faite de choix, et que chaque carrefour que tu prendras déterminera l'étape suivante. Mais les étapes, … Lire la suite Puisque tu es aimée

Voir, et être vue 2/2

Ce matin, j'ai posté sur Instagram un message reçu d'une marque avec laquelle je réalise un partenariat, en omettant de flouter mon prénom qui figurait dessus. Les plus assidu.e.s l'ont donc découvert, et j'ai reçu quelques messages. Vous étiez étonné.e.s, amusé.e.s. L'une de vous m'expliquait en riant qu'elle m'imaginait en "Emmanuelle". Ces échanges, provoqués par … Lire la suite Voir, et être vue 2/2

Tu es parfaite

Avant, je n'aimais pas beaucoup qu'on me dise que tu es parfaite. J'entendais : bien élevée, sage, jolie, intelligente. Ça sonnait comme une image d'épinal : un brin désuet, et bien plus proche du carcan que des habits virevoltants de l'enfance. Alors je répondais, systématiquement : "Non, elle est elle et c'est déjà exceptionnel." Dans … Lire la suite Tu es parfaite

Je t’offrirai des murs porteurs

J'ai rêvé d'un foyer où nous aurions grandi ensemble. Les cercles de cacao sur une table cirée, le banc de noisetier dans la cuisine pour se serrer les uns contre les autres, les couvre-lits damassés et les parties de Monopoly, j'y voyais tout. Nos rires ou nos incartades. Les petits corps serrés en rang d'oignons … Lire la suite Je t’offrirai des murs porteurs

La plus jolie de cette vie

"Et maman, tu me trouves jolie mais pas trop grosse maman ?" A ses mots, je ressens cette angoisse souterraine de l'enfance, de l'adolescence. Le ventre qui se tord, la peur du miroir. Cette crainte chevillée au corps, à tous mes corps, de ne pas ressembler à la féminité acceptable - celle qui dispenserait Romy … Lire la suite La plus jolie de cette vie

Le grand plongeon

"D'abord un orteil, la main qui ramasse tes cheveux perlés de chlore pour les remettre sous le bonnet, la main qui vérifie que ta tante est bien à portée de sauvetage. Ceux qui ont déjà franchi le camp, s'amusent à bousculer, éclabousser, à faire des vagues autour de l'invincibilité qu'on ressent quand on a enfin compris qu'on ne va pas disparaître."

Je te souhaite des dimanches pluvieux

J'ai habité une enfance immobile. J'étais une petite fille coquillage, on aurait pu me ramasser et sous la nacre, entendre les louanges du vent. Longtemps, je regardais la vie battre. J'échouais sur la borne d'incendie au milieu du rond-point d'en bas. Je passais des heures grignotée de soleil, un chapeau de paille sur les tempes, … Lire la suite Je te souhaite des dimanches pluvieux

N’aie jamais peur d’exister

Ce matin je te regardais. Je voyais le monde de demain, le flot de lumière irradier de toi, de ta génération, la promesse d'enfant.e.s parlant toutes les langues du monde, et capables d'en saisir les richesses. Puis j'ai pensé aux meutes d'expert.e.s qui trépignent à nos portes. Ceux qui savent, qui objectent, qui résistent à … Lire la suite N’aie jamais peur d’exister

Par humilité, par devoir, et par amour fou

"Être toi". Sans bagage de féminité imposée. T'encourager à être toi. La maman consciente que je tente d'être, la femme presque délivrée des diktats du monde. Mais pas toujours. Mais jamais pour toujours. Mais plus dans ce que je transmets, que j'ai hérité d'un monde perclus de déterminations masquées. Et surtout pas dans ce costume … Lire la suite Par humilité, par devoir, et par amour fou