Cet enfant-là

Cet enfant-là, était celui du mois de décembre. C'était peut-être un garçon, ou peut-être une fille. C'était l'enfant aux prunelles enneigées, le troisième espéré depuis que nous tentions d'agrandir la famille. Il arrivait d'un amour de dix-huit années lumières, il emergeait depuis deux ans et les premiers pas de notre grande. Pour l'éclore dans mon … Lire la suite Cet enfant-là

Publicités

Les mères que je connais

Les mères que je connais courent du matin au soir de la crèche au boulot et se débrouillent encore pour avoir un pain au chocolat à la sortie de l'école. Elles ne renoncent pas à la tendresse, ni à la volupté et achètent des huiles pour masser leurs cicatrices. Elle rééduquent leurs corps à se … Lire la suite Les mères que je connais

Mai 68 : souviens-toi de demain

"SOYONS RÉALISTES, DEMANDONS L’IMPOSSIBLE" En 1968, je ne sais pas si j'aurais été du côté des hardi·e·s. Les homosexuel·le·s n'existaient pas en tant que catégorie politique, ils·elles faisaient l'objet d'une condamnation pénale et les femmes, certaines femmes, se battaient avant tout pour le droit à disposer d'elles-mêmes - peu importait avec qui. Aurais-je brûlé mon … Lire la suite Mai 68 : souviens-toi de demain

N’aie jamais peur d’exister

Ce matin je te regardais. Je voyais le monde de demain, le flot de lumière irradier de toi, de ta génération, la promesse d'enfant.e.s parlant toutes les langues du monde, et capables d'en saisir les richesses. Puis j'ai pensé aux meutes d'expert.e.s qui trépignent à nos portes. Ceux qui savent, qui objectent, qui résistent à … Lire la suite N’aie jamais peur d’exister

Les ailes, souvent, ont des oiseaux

C'était mars, c'était un soir à de lumière rampante dans l'agence photo où je travaille. J'avais fini, je regardais mes emails avant de plonger les lieux dans le noir. C'était mars, ses vents violents et ses pluies irisées, ses bruines qui n'osent presque pas exister. Je n'étais pas pressée, je n'étais pas encore maman. La … Lire la suite Les ailes, souvent, ont des oiseaux

A cette âge-là, on est déjà dans le déconstruire

Depuis quelques semaines, la grande majorité des interdits que je pose se soldent par cette remarque désinvolte de notre minie : "Hé oui, c'est que pour les garçons !" Ma puce, ne grimpe pas sur le canapé tu risques de te faire mal - Oui maman, c'est que pour les garçons. Non Romy, je ne … Lire la suite A cette âge-là, on est déjà dans le déconstruire

Mon homophobie intérieure

Il y a eu ce vieil homme dans le bus, il se disait évangéliste, un père pour tous ces jeunes qu'il avait convaincus de faire confiance à Dieu, et qui me demandait devant Romy si son papa s'occupait bien d'elle. Puis cette gérante d'un restaurant libanais en banlieue parisienne. Elle brassait un air chaud avec … Lire la suite Mon homophobie intérieure

Noces de coton : merci !

Il y a un an jour pour jour, je posais ici les premiers mots du grand livre de notre famille. Je voulais lever un voile pudique sur la vie ordinaire d'une famille homoparentale, et poser des mots sur les moments heureux, les difficultés très banales, des apprenties mamans que nous sommes. J'espérais, secrètement, réussir à tisser … Lire la suite Noces de coton : merci !

Merci pour la lumière !

Dans la nuit étouffante, vingt et une heures, nous traversons le bois de Vincennes. Nous sommes en retard, j'ai du changer trois fois de tenue tant mon ventre planète ne tolère plus aucune coquetterie. J'entends la rumeur du mariage, au loin, niché dans son écrin de feuillages et de guirlandes scintillantes. J'entends les heureux porter … Lire la suite Merci pour la lumière !

Parcours de combattantes

“Les vrais miracles font peu de bruit.” Antoine de Saint-Exupéry J'ai annoncé notre grossesse ainsi, à mes parents. Nous étions parties en Belgique subir l'insémination attendue depuis plus d'un an. On était loin de l'acte d'amour et du "laisser faire la nature" rabâché sur les ondes. Nous, c'est sur un fauteuil obstétrique qu'a été conçue … Lire la suite Parcours de combattantes