J’aimerais être cette femme

A 19h12, le trésor termine son repas. Je me félicite encore d'avoir décidé d'avancer l'heure des festivités, pour nous extraire de cet énième bras de fer autour de l'assiette qui gangrenait nos fins de journées depuis des semaines. Il fait déjà nuit noire, j'allume l'ampoule du couloir car je sais qu'elle va vouloir aller chercher … Lire la suite J’aimerais être cette femme

Publicités

Tu seras primatologue, ma fille

J'écris mille carnets de vents, depuis toujours. Certains se perdent, certains ne trouvent jamais de point final, d'autres resurgissent les soirs d'octobre et m'arrachent, pour un temps, aux torpeurs de mes visionnages quotidiens. Celui-ci, avec son dos craquelé déjà et son faon pailleté en couverture, je l'ai commencé pour elle. A la naissance de notre … Lire la suite Tu seras primatologue, ma fille

Principe de réalité : Culpabilité, mon amie

Chère Culpabilité, J'ai beau être toujours du côté de la joie, et m'astreindre régulièrement à ne voir que le verre à moitié plein, je ne déroge pas à la règle. Depuis que je suis devenue maman, tu rodes furtivement dans les parages. Je sais que tu es là quand ... Je suis trop fatiguée pour … Lire la suite Principe de réalité : Culpabilité, mon amie

Voir, et être vue 2/2

Ce matin, j'ai posté sur Instagram un message reçu d'une marque avec laquelle je réalise un partenariat, en omettant de flouter mon prénom qui figurait dessus. Les plus assidu.e.s l'ont donc découvert, et j'ai reçu quelques messages. Vous étiez étonné.e.s, amusé.e.s. L'une de vous m'expliquait en riant qu'elle m'imaginait en "Emmanuelle". Ces échanges, provoqués par … Lire la suite Voir, et être vue 2/2

#Résistantes : Moïra, celle qui marche

Il y a une semaine, j'annonçais sur Instagram la création d'une série de témoignages de femmes, intitulé @Résistantes. Le premier, publié sur IG sous le nom de Tiphaine, était écrit par celle qui l'a vécu. Celui-ci m'a été raconté : une amie de cette femme mère résistante voulait lui rendre hommage et m'a demandé d'écrire … Lire la suite #Résistantes : Moïra, celle qui marche

La vie du corps : les SHL

Pour les femmes comme moi, la vie du corps peut mettre longtemps à emprunter les chemins de féminité. La maternité est un déclencheur, la grossesse étant sans doute cette parenthèse où le corps déploie tous ses possibles. Alors, une fois n'est pas coutume, je vous invite à découvrir des méthodes naturelles, pour gérer le cycle … Lire la suite La vie du corps : les SHL

Tu es parfaite

Avant, je n'aimais pas beaucoup qu'on me dise que tu es parfaite. J'entendais : bien élevée, sage, jolie, intelligente. Ça sonnait comme une image d'épinal : un brin désuet, et bien plus proche du carcan que des habits virevoltants de l'enfance. Alors je répondais, systématiquement : "Non, elle est elle et c'est déjà exceptionnel." Dans … Lire la suite Tu es parfaite

Les reines du monde réel

Avant hier, je découvrais sur Instagram une vague prise de conscience, suite au millième article pointant du doigt les comptes léchés des mères shivas, qui possèdent tout, ont des enfants parfaits et semblent réussir sans le moindre effort le jonglage quotidien auquel vous et moi nous mesurons sans likes. La blogosphère et les réseaux sociaux faisaient … Lire la suite Les reines du monde réel

Je t’offrirai des murs porteurs

J'ai rêvé d'un foyer où nous aurions grandi ensemble. Les cercles de cacao sur une table cirée, le banc de noisetier dans la cuisine pour se serrer les uns contre les autres, les couvre-lits damassés et les parties de Monopoly, j'y voyais tout. Nos rires ou nos incartades. Les petits corps serrés en rang d'oignons … Lire la suite Je t’offrirai des murs porteurs

Petit pays du corps

La sonnerie feutrée des constantes. Celle plus stridente de la machine qui s'emballe. Apnée. Alerte. Le tracé jaune, le tracé vert, le tracé rouge. Les chiffres sibyllins. La pénombre puis les lumières aveuglantes. Les stores qui n'en sont pas. Les rires étranges des soignants juste derrière la porte, qui oublient la retenue nécessaire. Ou qui … Lire la suite Petit pays du corps