Je t’aime grand et fort et fou

Il y a la petite fille modèle, avec ses manches ballon et sa raie sur le côté, telle que je l’ai projetée lorsque j’étais enceinte. Cette petite fille a le visage de mon enfance, celui des fillettes de la comtesse de Ségur, de mes cousines ou des enfants de mes cousines. Elle ne dit jamais … Continue reading Je t’aime grand et fort et fou

Publicités

A cette âge-là, on est déjà dans le déconstruire

Depuis quelques semaines, la grande majorité des interdits que je pose se soldent par cette remarque désinvolte de notre minie : "Hé oui, c'est que pour les garçons !" Ma puce, ne grimpe pas sur le canapé tu risques de te faire mal - Oui maman, c'est que pour les garçons. Non Romy, je ne … Continue reading A cette âge-là, on est déjà dans le déconstruire

Mon homophobie intérieure

Il y a eu ce vieil homme dans le bus, il se disait évangéliste, un père pour tous ces jeunes qu'il avait convaincus de faire confiance à Dieu, et qui me demandait devant Romy si son papa s'occupait bien d'elle. Puis cette gérante d'un restaurant libanais en banlieue parisienne. Elle brassait un air chaud avec … Continue reading Mon homophobie intérieure

Noces de coton : merci !

Il y a un an jour pour jour, je posais ici les premiers mots du grand livre de notre famille. Je voulais lever un voile pudique sur la vie ordinaire d'une famille homoparentale, et poser des mots sur les moments heureux, les difficultés très banales, des apprenties mamans que nous sommes. J'espérais, secrètement, réussir à tisser … Continue reading Noces de coton : merci !

⭐️ Le bleu de la nuit, de Joan Didion ⭐️

À propos de cette question de la peur. Quand j'ai commencé à écrire ces pages, je croyais qu'elles avaient pour sujet les enfants, ceux que nous avons et ceux que nous aimerions avoir, cette façon que nous avons de compter sur eux pour qu'ils comptent sur nous, cette façon que nous avons de les encourager … Continue reading ⭐️ Le bleu de la nuit, de Joan Didion ⭐️

Merci pour la lumière !

Dans la nuit étouffante, vingt et une heures, nous traversons le bois de Vincennes. Nous sommes en retard, j'ai du changer trois fois de tenue tant mon ventre planète ne tolère plus aucune coquetterie. J'entends la rumeur du mariage, au loin, niché dans son écrin de feuillages et de guirlandes scintillantes. J'entends les heureux porter … Continue reading Merci pour la lumière !