Mai 68 : souviens-toi de demain

"SOYONS RÉALISTES, DEMANDONS L’IMPOSSIBLE" En 1968, je ne sais pas si j'aurais été du côté des hardi·e·s. Les homosexuel·le·s n'existaient pas en tant que catégorie politique, ils·elles faisaient l'objet d'une condamnation pénale et les femmes, certaines femmes, se battaient avant tout pour le droit à disposer d'elles-mêmes - peu importait avec qui. Aurais-je brûlé mon … Lire la suite Mai 68 : souviens-toi de demain

Publicités

Un ange passe #18

Dimanche d'éclaircies. L'amoureuse et moi sommes en route pour le nord, nous avons laissé notre minie à sa tante. Il y a des jours dédiés aux adultes que nous sommes, parfois. Sur une autoroute morne, un pont se profile à l'horizon. Je plisse des yeux pour mieux lire ce qui semble tagué sur ses vitres … Lire la suite Un ange passe #18

Les ailes, souvent, ont des oiseaux

C'était mars, c'était un soir à de lumière rampante dans l'agence photo où je travaille. J'avais fini, je regardais mes emails avant de plonger les lieux dans le noir. C'était mars, ses vents violents et ses pluies irisées, ses bruines qui n'osent presque pas exister. Je n'étais pas pressée, je n'étais pas encore maman. La … Lire la suite Les ailes, souvent, ont des oiseaux

Un ange passe #15

Il y a un an, dans la campagne givrée d'une escapade à trois. Tu avais détesté rouler de nuit, et savouré le feu qui crépitait dans le poêle ancien posé au centre de la minuscule maison louée. C'était une parenthèse drôle, entre déconnexion du monde et reliquats d'hiver. Des instants volés à l'urgence du quotidien, … Lire la suite Un ange passe #15

Mon homophobie intérieure

Il y a eu ce vieil homme dans le bus, il se disait évangéliste, un père pour tous ces jeunes qu'il avait convaincus de faire confiance à Dieu, et qui me demandait devant Romy si son papa s'occupait bien d'elle. Puis cette gérante d'un restaurant libanais en banlieue parisienne. Elle brassait un air chaud avec … Lire la suite Mon homophobie intérieure

Parcours de combattantes

“Les vrais miracles font peu de bruit.” Antoine de Saint-Exupéry J'ai annoncé notre grossesse ainsi, à mes parents. Nous étions parties en Belgique subir l'insémination attendue depuis plus d'un an. On était loin de l'acte d'amour et du "laisser faire la nature" rabâché sur les ondes. Nous, c'est sur un fauteuil obstétrique qu'a été conçue … Lire la suite Parcours de combattantes