Lettre à l’amoureuse que j’étais

Je t'ai aperçue, fugitive, dans le dédale du nombre de pas journaliers pour être en bonne santé, et des heures longues remplies d'obligations, pour ne pas te noyer dans le chagrin. J'ai vue tes bras lourds d'un amour fulgurant, dont tu pressens qu'il sera ton Amour. Je t'ai sentie chercher ton équilibre sur la corniche … Lire la suite Lettre à l’amoureuse que j’étais

Publicités

Les mères que je connais

Les mères que je connais courent du matin au soir de la crèche au boulot et se débrouillent encore pour avoir un pain au chocolat à la sortie de l'école. Elles ne renoncent pas à la tendresse, ni à la volupté et achètent des huiles pour masser leurs cicatrices. Elle rééduquent leurs corps à se … Lire la suite Les mères que je connais

Pourquoi ?

Parce qu’il y a des jours légers comme une brise. Et que tu prends le temps d’enfiler une robe. De mettre du parfum. Ou pas. Parce que tu as lu trois histoires au lieu de deux, hier soir. Parce que tu te confrontes au brouhaha chaque jour, sans rechigner. Parce que tu sais dire que … Lire la suite Pourquoi ?

J’aimerais être cette femme

A 19h12, le trésor termine son repas. Je me félicite encore d'avoir décidé d'avancer l'heure des festivités, pour nous extraire de cet énième bras de fer autour de l'assiette qui gangrenait nos fins de journées depuis des semaines. Il fait déjà nuit noire, j'allume l'ampoule du couloir car je sais qu'elle va vouloir aller chercher … Lire la suite J’aimerais être cette femme

Principe de réalité : cache-cache avec la mort

Certains enfants sont protégés longtemps, et ne découvrent la mort qu'une fois en âge d'en comprendre le principe, car ils ont déjà intégré ce qu'est la vie : un coeur qui bat, un corps en mouvement, un être présent et qui échange avec eux. Romy, elle, a très tôt entendu ce mot dans nos conversations, … Lire la suite Principe de réalité : cache-cache avec la mort

Tu seras primatologue, ma fille

J'écris mille carnets de vents, depuis toujours. Certains se perdent, certains ne trouvent jamais de point final, d'autres resurgissent les soirs d'octobre et m'arrachent, pour un temps, aux torpeurs de mes visionnages quotidiens. Celui-ci, avec son dos craquelé déjà et son faon pailleté en couverture, je l'ai commencé pour elle. A la naissance de notre … Lire la suite Tu seras primatologue, ma fille

#Résistantes : Éthel, regardez-moi

"Regardez-moi. Je ne suis déjà plus là. J’avance, je disparais. Je m’efface aux courses de l’instant. J’ai mis ma robe rouge. Une broche en fleur de velours sur le col à droite. J’ai fouillé dans la malle, je n’ai pas retrouvé la blanche, la rouge faisait l’affaire. Regardez-moi, vraiment. Je veux dire, pas au travers. … Lire la suite #Résistantes : Éthel, regardez-moi

Bon vent, le joli lectorat

Tiens, c'est l'été. Je ne l'ai pas vu venir, avec mes lignes à pianoter et ce cap à tenir. Avec l'enfance à cultiver, les fruits de saison, le féminisme en nourriture, l'été sur toutes les espagnolettes, je me suis laissée surprendre. Vous êtes un peu fautif.ve.s, vous ne m'avez pas rappelée à l'ordre. Il faut … Lire la suite Bon vent, le joli lectorat

La vie du corps : les dessous FEMPO

Je vous l'annonçais récemment, je désire ici parler aux femmes, des femmes. Car le travail d'écriture que je mène depuis deux ans, la constance qu'il exige et les échanges qu'il génère au quotidien m'ont appris à me positionner dans le monde nébuleux des "blogueuses". Je ne serai pas celle qui vous fera gagner un bon … Lire la suite La vie du corps : les dessous FEMPO

De cet amour ardent je reste émerveillée, d’Andrée Chedid

Je reste émerveillée Du clapotis de l’eau Des oiseaux gazouilleurs Ces bonheurs de la terre Je reste émerveillée D’un amour Invincible Toujours présent Je reste émerveillée De cet amour Ardent Qui ne craint Ni le torrent du temps Ni l’hécatombe Des jours accumulés Dans mon miroir Défraîchi Je me souris encore Je reste émerveillée Rien … Lire la suite De cet amour ardent je reste émerveillée, d’Andrée Chedid