De cet amour ardent je reste émerveillée, d’Andrée Chedid

Je reste émerveillée Du clapotis de l’eau Des oiseaux gazouilleurs Ces bonheurs de la terre Je reste émerveillée D’un amour Invincible Toujours présent Je reste émerveillée De cet amour Ardent Qui ne craint Ni le torrent du temps Ni l’hécatombe Des jours accumulés Dans mon miroir Défraîchi Je me souris encore Je reste émerveillée Rien … Lire la suite De cet amour ardent je reste émerveillée, d’Andrée Chedid

Publicités

Palladium, par Brigitte

T'es belle même quand tu pleures T'as le spleen élégant le blues enchanteur Il devrait être aveugle et sourd Pour être allé faire un tour C'est pas la peine de faire semblant Je sais qu'on n'est pas des géants Viens on pleure on pissera moins Comme toujours ça passera Ça va ça vient ça s'en … Lire la suite Palladium, par Brigitte

L’arbre secret de ma mémoire, de Françoise Collin

Tu étais clos comme une péniche noire A la surface du canal. Pourtant je pris demeure sur ta vie. Ma tête de fenouil enflée de fourmis rouges, Fourmis ailées, fourmis sans cesse remuantes, Mon vêtement Tu y as mis le feu dans un bois de jonquilles, Et notre amour s’habilla de fumée. La grande feuille … Lire la suite L’arbre secret de ma mémoire, de Françoise Collin

Un ange passe #18

Dimanche d'éclaircies. L'amoureuse et moi sommes en route pour le nord, nous avons laissé notre minie à sa tante. Il y a des jours dédiés aux adultes que nous sommes, parfois. Sur une autoroute morne, un pont se profile à l'horizon. Je plisse des yeux pour mieux lire ce qui semble tagué sur ses vitres … Lire la suite Un ange passe #18

LES CENT LANGAGES DE L’ENFANT

L’enfant est un multiple de cent. L’enfant a une centaine de langages, une centaine de mains, une centaine de pensées, une centaine de façons de réfléchir, de jouer, de parler. Une centaine toujours une centaine de façons d’écouter, de s’émerveiller, d’aimer une centaine de joies à chanter et comprendre une centaine d’univers à découvrir une … Lire la suite LES CENT LANGAGES DE L’ENFANT

Mon île déserte

Sur mon île déserte, je viendrais m'étendre parfois quand la journée est longue. Je fermerais les écoutilles, et boucherais la vue des faiseurs de miracles. Pour reposer mon corps fatigué d'entreprendre, je ferais son empreinte dans le sable chaud de la solitude. Capable de silence, à l'ombre des palmiers, armée de mes stylos, toutes mes … Lire la suite Mon île déserte